Archives de tags | quimper

Quand mes élèves entrent en danse…

entren

Jeudi soir dernier, j’ai vécu l’une des plus belles expériences de ma carrière d’enseignante (que j’exerce depuis déjà 16 ans…). Le genre d’expérience qui me rend fière d’exercer mon métier.

Ma classe de CE2-CM1 (16 garçons, 5 filles!) a participé à un spectacle de danse contemporaine, Entrandanses, organisée par l’association Escabelle basée à Brest. Escabelle est une association loi 1901, qui mène des actions pour l’accessibilité à l’art, à la création, pour le plus grand nombre, avec un désir d’échange et de partage, la valorisation de la part sensible de l’humain à tout âge de sa vie  et l’ouverture au monde et la prise en compte de la diversité culturelle.

d5

Tout est parti d’une rencontre avec un chorégraphe italien extraordinaire, Sergio Argiolas, basé à Quimper et qui a fondé sa compagnie, Del Gesto. Nous l’avons sollicité pour nous aider à créer un spectacle de danse avec ma collègue de CM1-CM2. Sergio travaille habituellement par cycles de 10 séances, mais pour des raisons financières, nous ne pouvions pas nous permettre 2×10 séances, et donc nous avons convenu de 5 dates pour chaque classe. Mais Sergio nous a bien prévenues: 5 séances, ça veut dire qu’entre les séances, ce serait à nous de bosser !!!

Et on a bossé! Sergio est indispensable pour l’ossature de la chorégraphie, pour mettre les enfants en confiance, leur donner des petits trucs… mais les enfants ont créé leur spectacle de bout en bout…

jumping kids

Et moi, pendant les séances, je notais leurs idées, je faisais des dessins, des schémas… moi qui ne connais absolument rien à la danse! Je flippais! Car entre deux séances, il fallait absolument chercher encore, avancer, répéter… travailler le geste, le regard, les entrées, gommer les gestes parasites…

Lire la suite

Le meilleur du pire des requêtes Google #3

C’est en lisant le billet de copine lalu hier que j’ai eu envie de rédiger mon troisième opus des requêtes drôles/chelou/débiles qui mènent à mon blog. Ca prend un peu plus de temps car google est de plus en plus radin mais il y a encore du lourd 🙂

Pas de thématique, je vous les livre tels quels…

Où je dois mettre mon bijou anal: après une recherche sur google (que je regrette amèrement) pour voir si cette chose existait vraiment, je pense que la réponse s’impose: DTC!!!

Image

la maitresse est bonne: c’est gentil mais un peu familier!

elle ma toucher le zizie: ki? la métraisse???

le ku klux klan c’est trop marrant: ouais, t’as raison c’est la grosse marrade.

soupe des idrater: elle a quoi de spécial la soupe d’un idrater?

tu crois? ouais grave, et toi?

femme concombre: au bal, au bal masqué ohé ohé (l’autre hypothèse ne m’intéresse pas)

bonjour maitresse: bonjour les enfants!Image

je fais pipi avec mon zizi: je te rassure, y’a rien de plus normal!

que mettre pour vieillir ma fontaine: ???

tous à poil: ouèèèèèèèèèèèèèèè

zizi à l’ail: tu voulais dire zizi à l’air?

chiottes de riches: même en or massif, elles servent à la même chose tu sais…

kiko à quinpère: y’a pas. Et à Quimper non plus d’ailleurs.

peut-on mettre de la crème mixa nous les hommes: non c’est interdit, vous pourriez mourir (vous les hommes)

où on tourne un film porno à Bordeaux et donne moi leur tel: en pleine reconversion?

craquer son string: ce sont des choses qui arrivent…

t’as vu ta tronche: non mais t’as vu la tienne? (connasse)

prendre une douche à quimper: possible depuis l’installation de l’eau courante en 2012. Et j’ai bon espoir d’avoir les toilettes dans la maison en 2015. Parce qu’en hiver, la cabane au fond du jardin, ben on se gèle les miches, gast.

Image

parce que non de non: ok, je veux surtout pas te contredire…

elle m’aime: tous mes voeux de bonheur.

je ne trouve pas les gels douche ushuiwa: ah? ils n’en ont plus à Carrebour?

séduire à Tel-Aviv: sans te raconter ma vie passée, je te dirais juste que OUI, c’est très possible.

mes ciseaux qui chantent: arrête la drogue

t’es trop bonne: non mais eh oh!!! (merci)

sallle pute: toi mêmmme!!!

pute tarif 1 heure: tu économises?

te fous pas de ma gueule: c’est pas moi! promis!

sephora tout est gratuit: et la marmotte…

Image

fourre-moi la pâte feuilletée: ah t’appelles ça comme ça toi?

[Photos] Le jardin de la retraite à Quimper

Entre la rue Elie Fréron et la rue des douves, protégé par les remparts Est de la ville, le jardin de la Retraite s’étend sur près d’un demi hectare.
La configuration du terrain a determiné une série de jardins qui permettent une sucession de points de vue ainsi que trois espaces très diversifiés qui communiquent entre eux par des marches ou des portes. La parcelle basse organisée autour d’un bassin abrite une belle collection de palmiers. Le jardin attenant est dévolu aux plantes de terrains secs. Enfin, les plantes à feuilles larges d’aspect tropical accompagnent le visiteur jusqu’à la rue Elie Fréron. Par ailleurs, une petite aire de jeux accueille les enfants de moins de 8 ans.

A l’origine, les bâtiments et jardins sont propriétés des chanoines de la cathédrale puis en 1854, les Ursulines s’y installent. En 1911, un séminiare occupe les lieux, suivi par les Dames de la Retraite qui y installent un établissement d’enseignement.
A sa fermeture en 1977, la ville de Quimper rachètent les bâtiments et les terrains. Les bâtiments sont alors affectés aux services municipaux et à une maison de retraite. Ce jardin est ouvert au public en 1979 sous le nom de Jardin de la Retraite tandis qu’à l’extérieur les douves sont recreusées, le rempart et la tour Névet mis en valeur (1981).

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage

[Chez moi] [Photo] Jardins (2): le Prieuré à Quimper

Situé dans le quartier de Locmaria à Quimper, à proximité des Faïenceries Henriot et de la plus ancienne église quimpéroise, le jardin du Prieuré, d’une superficie de 1700 mètres carrés, a la particularité d’abriter plantes aromatiques et médiévales, et d’avoir gardé le design des jardins, tels qu’ils étaient à l’époque de la duchesse Anne de Bretagne. On accède au parc par une petite porte, fermée la nuit. De dimensions modestes, le parc est traversé par de petits chemins de sable où se nichent des petits coins de détente, avec bancs de pierre et arbres pourvoyeurs d’ombre. Au centre, une fontaine est abritée par un kiosque. Le jardin est longé par l’Odet, et l’on peut apercevoir la cathédrale Saint-Corentin.

La porte est ouverte, je rentre. C’est un petit jardin, en bordure de l’Odet, il n’est pas très étendu mais est extrêmement bien aménagé. Des petits sentiers sablés cheminent entre les arbres et les parterres. Certaines plantations sont un peu en hauteur. Par-ci, par-là, il y a un banc de pierre, une pergola, un kiosque avec une jolie fontaine… et partout, des plantations, expliquées à la craie sur des ardoises d’écolier…

Ce jardin, attenant au Prieuré actuellement en rénovation pour en faire logements et bureaux, est planté essentiellement d’herbes aromatiques et médiévales. Aménagé à partir de 1997, il fut conçu dans l’esprit d’un jardin de couvent à l’époque de la duchesse Anne de Bretagne (à la fin du 15ème siècle-début du 16ème siècle donc).

Le but est de faire revivre le jardin potager tel qu’il était vécu avant l’apparition dans nos assiettes de la pomme de terre ou du riz, encore inconnus ici.

Une partie du parc est consacrée aux plantes vivrières, avec des racines comestibles très nutritives, des salades à cuire, des plantes aromatiques, des fruits…

On a ensuite le jardin aux plantes médicinales, composées d’espèces qui étaient essentiellement alors ramassées dans la nature, peu étant cultivées.

Et pour finir, le jardin aux plantes tinctoriales, c’est à dire à vocation vestimentaire (vous avez appris un mot? moi aussi!). On y trouve ainsi du lin ou du chanvre.

Et l’on comprend qu’à cette époque, les plantes c’était très peu pour « faire joli », mais essentiellement pour se nourrir, se soigner et s’habiller…

A noter que le jardin médiéval se veut également une représentation du Paradis, à travers des fleurs blanches tel le lys qui évoque la virginité, et surtout la fontaine centrale, symbole de la source pure à l’origine des 4 fleuves de l’Eden.

J’ai passé un moment divin à me promener dans ces allées, à découvrir les plantes, à lire leurs noms…

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage

[En France] [Photo] Jardins (1): Le jardin de la Mairie à Bègles (33)

Bonjour à tous et toutes!

Une de mes passions c’est la photographie, même si je ne suis qu’une amatrice.

J’aime partir avec mon appareil, un peu à l’aventure, et chercher de jolis endroits.

Je commence aujourd’hui une série de billets consacrée aux jardins, essentiellement près de chez moi à Quimper, mais aussi en Gironde où je me rends assez souvent car mes deux soeurs y ont élu domicile.

Je débute donc cette série avec le jardin de la Mairie de Bègles (de M. Noël Mamère) et ses créatures étranges et sympathiques tout droit sorties des Fables de La Fontaine.

En espérant que mes clichés vous plairont 🙂

Image

ImageImage

ImageImageImageImageImageImage

[Ongles] Gold digger de Sephora: Estival par Excellence

Bonjour les filles, salut les garçons!

Depuis quelques jours, c’est plage tous les jours pour mon chéri et moi. On vit en Bretagne, et donc rien n’est jamais garanti, donc on profite du soleil et de la chaleur tant qu’on en a!!!

Mais aujourd’hui, on avait trop chaud pour sortir alors on est resté lézarder à la maison… même le chat a trop chaud et comate à l’ombre de la table de jardin. J’ai failli mourir en allant mettre mon linge à sécher… 30° à l’ombre à Quimper, on n’est pas franchement habitué, et certes on a eu plus chaud que ça en Israël mais on a ou-bli-é!

Donc je n’ai pas pu aller exhiber à la plage mon nouveau vernis que je trouve estival par excellence, avec sa teinte dorée métallisée qui convient à merveille à mon bronzage maintenant bien installé: le vernis de l’ancienne collection Sephora, n°54 du nom de Gold-digger, que j’ai eu à 1€ en soldes.

Les pinceaux de cette collection de vernis Sephora sont ceux que je préfère: assez larges et permettant une application facile même pour les quiches dans mon genre. Je ne fais presque pas de pâtés.

En top coat j’ai mis le Gel Look Ultra Glossy Effect de Kiko.

Image

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage

[Chez moi] Pêche à la mouche et chercheurs d’or

C’est totalement par hasard, un jour où nous partions dans l’idée de nous balader aux Gorges du Stangala, que nous avons trouvé le site de Stang Luzigou, sur la commune d’Ergué-Gabéric, limitrophe de Quimper.

Stang Luzigou

Ce site est aménagé et entretenu pour permettre des promenades agréables dans la fraîcheur des sous-bois, en bordure de l’Odet (la rivière qui coule aussi au centre-ville de Quimper).

Image

Pour y aller, il faut se garer sur le parking de la salle de tennis d’Ergué-Gabéric, un grand bâtiment blanc.

Puis on s’en va marcher sur le sentier aménagé, en bordure de l’eau. Le bois a une superficie de 28 hectares et on peut faire des randonnées vraiment sympa.

Image

On est à la fraîche et c’est très agréable, y compris les jours de grande chaleur.

Image

En fait, l’Odet coule là dans un canal qui, avant, servait à alimenter la Manufacture de Papier à cylindre de Quimper, qui maintenant est devenue le siège des Technologies Bolloré.

D’ailleurs à plusieurs endroits on peut observer comment le lit de la rivière a été détourné.

Image

A plusieurs endroits, de jolis ponts de bois enjambent la rivière et permettent de rejoindre l’autre rive, ce qui est après tout la vocation d’un pont!

Image

Au bout d’environ 40 minutes de marche, on tombe sur une maisonnette qui était celle de l’éclusier.

Image

Et donc, assez logiquement, à côté, il y a l’écluse.

Une fois, lorsque nous y étions, des jeunes se baignaient dans la retenue d’eau mais cela m’a semblé un peu dangereux tout de même, et d’ailleurs, la fois suivante, une grille avait été installée pour qu’ils ne puissent plus le faire.

Image

On rencontre aussi un calvaire bien recouvert de mousse, une petite grotte appelée ‘ »grotte des nains' », et des installations pour pique-nique, du côté du chemin de Kéranguéau.

Image

Une promenade fort agréable, et facile, ce qui permet de la faire à tout âge, et y compris avec de jeunes enfants.

Image

Image

Suite de la balade aux Gorges du Stangala

Après cette jolie découverte, nous mettons le cap sur notre destination initiale, à quelques pas de ce premier site, les Gorges du Stangala.

Image

Arrivant un peu au hasard sur un des parkings installés sur le site, nous garons la voiture et partons à pied sur un sentier de randonnée bien large.

Image

Après avoir admiré les gorges d’en haut, à partir d’un promontoire naturel faisant office de belvédère, nous descendons au fond des gorges par un chemin relativement escarpé.

Image

De là, nous arrivons de nouveau sur un sentier très praticable qui nous permet de rejoindre le lit de la rivière Odet, celle qui coule aussi à Quimper, et qui a creusé ces gorges d’un dénivelé de 80 mètres, au lieu-dit Saint-Alar, d’où vient le nom actuel de Stangala.

Image

Nous avons énormément apprécié ce cadre, tellement calme et verdoyant qu’on se sent coupé du monde le temps d’une balade.

Image

Il y a des petits ponts de bois qui traversent le fleuve, des pêcheurs à la mouche, quelques kayaks… par endroits, le fleuve est extrêmement bouillonnant, du fait des gros rochers, et c’est justement cela qui le rend attractif aux kayakistes.

Image

Des petits bancs sont présents pour apprécier le silence des bois pendant un moment de repos, et nous avons eu la chance d’apercevoir une biche, quelques lapins…. mais l’appareil photo n’était pas prêt, je n’ai eu que des libellules…

Image

Pour remonter, car il faut bien remonter, nous n’avions pas envie de reprendre le chemin de l’aller, alors nous avons suivi le chemin balisé, punaise, ça grimpait à pic, je suis arrivée à la voiture totalement hors d’haleine.

Image

En fait, quand on veut faire la balade au fond des gorges mais ne pas s’épuiser à remonter, il y a des parkings qui sont situés quasiment en bas, mais cette fois-là nous ne le savions pas!!!

Image

Nous y sommes donc retournés plusieurs fois, mais en cherchant les autres entrées.

Petit aparté sur notre nouveau loisir

Maintenant, on s’adonne à un loisir amusant, on est devenu chercheurs d’or.

Ne riez pas, je ne plaisante pas, car l’Odet est une rivière aurifère, nous avons donc acheté le matériel nécessaire, et par beau temps, nous allons de temps en temps sur l’Odet, généralement au Stangala ou à Stang Luzigou, et nous cherchons.

C’est vraiment un loisir qui nous permet de nous balader, de passer quelques heures au grand air ensemble (je parle de mon mari et de moi), car nous ne trouvons que quelques paillettes, et encore, quand on a de la chance! Mais quand on trouve une paillette, on se sent comme les pionniers de la ruée vers l’or!

Image

Nous n’allons pas faire fortune mais c’est amusant!

Les gorges du Stangala sont un petit trésor relativement bien caché, et plutôt original dans la région de Quimper. Une petite balade à faire si vous en avez l’occasion!

NB: Les photos sont de moi, et le dessin de Jonathan Aucomte.