Archives de tags | photographie

Balade dans le Parc du Château de Guilguiffin

Image

ImageImageImage Lire la suite

Saint Guénolé Penmarc’h: l’Océan est plus fort que toi

Image

Je voudrais aujourd’hui vous parler d’un site naturel situé non loin de chez moi, à une vingtaine de kilomètres, sur la commune de Penmarch, en plein pays bigouden: les Rochers de Saint Guénolé … Saint Guénolé n’est pas une commune mais un « quartier » de Penmarch. Il s’agit en fait de la zone portuaire, et les rochers s’étendent du port jusqu’à la plage de Pors-Carn. La zone est très facilement accessible en voiture. Il suffit de prendre la direction du port et l’on peut garer son véhicule sans problème. Ensuite, il suffit de passer un petit muret pour être sur les rochers. Image

A l’instar des différentes pointes qui jalonnent les côtes bretonnes, les Rochers de Saint Guénolé sont le genre d’endroit qui permettent d’en prendre plein les yeux pour pas un centime… plaisir qui devient de plus en plus rare de nos jours où tout est payant… ici, on a affaire à la nature la plus sauvage et bouillonnante de vie… et de danger aussi! Image

Lire la suite

Une journée à Vannes !

Bonjour tout le monde!

Pendant les vacances d’avril, j’ai passé 1 semaine dans le Morbihan en famille. Nous avons eu un temps radieux du début à la fin de notre séjour, c’était juste parfait et on a pu en profiter à fond!

Une de ces journées, nous l’avons passée à Vannes, la principale ville du Morbihan avec Lorient. Une ville avec un joli port, un quartier médiéval, et des remparts extrêmement bien conservés!

Je vais donc vous emmener avec moi visiter ces 3 parties emblématiques de Vannes, avec quelques photos! Suivez-moi, si vous le voulez bien 🙂

Le port

vannes7 vannes2 vannes3

Les remparts et leurs jardins

Lire la suite

Douarnenez, 9 mars 2014

ImageImageImageImageImageImage

Si ce n’est pas vraiment le printemps, ça y ressemble…

[Photos] Jardins de France: Le Jardin Botanique à Bordeaux

Le Jardin botanique de Bordeaux exerce les missions suivantes :

conservation des espèces botaniques régionales, s’appuyant entre autre sur un des plus célèbres herbiers de France,
actions de sensibilisation du public (visites, stages pédagogiques),
échanges scientifiques dans l’environnement botanique,
conseil et expertise dans tous les domaines concernant les plantes.

Le Jardin botanique de Bordeaux a connu un développement spectaculaire avec l’ouverture d’un nouvel espace à la Bastide de 4 ha (en 2003) qui qui complète l’établissement historique situé dans le Jardin Public (1 ha). En 2007, cette partie du Jardin botanique de la Bastide s’est dotée d’un ensemble administratif, d’un accueil du public et de serres de présentation et de conservation.

ImageImageImage

A l’intérieur de sa palissade en bois faite de 1 200 m3 de chênes de Charente abattus par la tempête de 1999, le Jardin botanique s’organise autour de six espaces.
Ses champs de culture regroupent 44 parcelles sur 12 110 m2. Ils présentent des extraits de cultures du monde : blé, avoine, lin et millet. Leur arrosage, économique, s’inspire des techniques d’irrigation des pays sahéliens.
Sa galerie des milieux, avec ses jardins hors sol, reconstitue 11 paysages du Bassin aquitain : dune, falaise calcaire, prairie humide, pelouse, landes, sur 13 500 m2.
Son allée des plantes invite à la promenade sur 2 500 m2, entre lianes, vignes et autres plantes grimpantes cultivées sur des supports inattendus.
Son sentier des pionnières abrite des plantes ainsi dénommées parce qu’elles ont la particularité de coloniser les terres pauvres.
Son jardin aquatique, plan d’eau d’un hectare, est sillonné d’allées et présente une grande diversité d’espèces.
Enfin, son ensemble d’espaces communautaires complète le paysage, des parcelles accessibles à tous et notamment aux riverains. La mise en oeuvre de cette idée est une première en France.

Le Jardin botanique implique d’ailleurs étroitement les populations riveraines avec ses parcelles cultivées par les enfants des écoles et ses espaces ouverts aux étudiants (Ecole d’architecture et de paysage de Bordeaux, universités…)

(texte issu du site officiel du jardin)

ImageImageImageImageImageImage

[Photo] Sunset in Lacanau

Quelques photos d’un coucher de soleil magnifique à Lacanau, venant ponctuer une belle journée en famille…

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage

[Chez moi] [Photo] Jardins (2): le Prieuré à Quimper

Situé dans le quartier de Locmaria à Quimper, à proximité des Faïenceries Henriot et de la plus ancienne église quimpéroise, le jardin du Prieuré, d’une superficie de 1700 mètres carrés, a la particularité d’abriter plantes aromatiques et médiévales, et d’avoir gardé le design des jardins, tels qu’ils étaient à l’époque de la duchesse Anne de Bretagne. On accède au parc par une petite porte, fermée la nuit. De dimensions modestes, le parc est traversé par de petits chemins de sable où se nichent des petits coins de détente, avec bancs de pierre et arbres pourvoyeurs d’ombre. Au centre, une fontaine est abritée par un kiosque. Le jardin est longé par l’Odet, et l’on peut apercevoir la cathédrale Saint-Corentin.

La porte est ouverte, je rentre. C’est un petit jardin, en bordure de l’Odet, il n’est pas très étendu mais est extrêmement bien aménagé. Des petits sentiers sablés cheminent entre les arbres et les parterres. Certaines plantations sont un peu en hauteur. Par-ci, par-là, il y a un banc de pierre, une pergola, un kiosque avec une jolie fontaine… et partout, des plantations, expliquées à la craie sur des ardoises d’écolier…

Ce jardin, attenant au Prieuré actuellement en rénovation pour en faire logements et bureaux, est planté essentiellement d’herbes aromatiques et médiévales. Aménagé à partir de 1997, il fut conçu dans l’esprit d’un jardin de couvent à l’époque de la duchesse Anne de Bretagne (à la fin du 15ème siècle-début du 16ème siècle donc).

Le but est de faire revivre le jardin potager tel qu’il était vécu avant l’apparition dans nos assiettes de la pomme de terre ou du riz, encore inconnus ici.

Une partie du parc est consacrée aux plantes vivrières, avec des racines comestibles très nutritives, des salades à cuire, des plantes aromatiques, des fruits…

On a ensuite le jardin aux plantes médicinales, composées d’espèces qui étaient essentiellement alors ramassées dans la nature, peu étant cultivées.

Et pour finir, le jardin aux plantes tinctoriales, c’est à dire à vocation vestimentaire (vous avez appris un mot? moi aussi!). On y trouve ainsi du lin ou du chanvre.

Et l’on comprend qu’à cette époque, les plantes c’était très peu pour « faire joli », mais essentiellement pour se nourrir, se soigner et s’habiller…

A noter que le jardin médiéval se veut également une représentation du Paradis, à travers des fleurs blanches tel le lys qui évoque la virginité, et surtout la fontaine centrale, symbole de la source pure à l’origine des 4 fleuves de l’Eden.

J’ai passé un moment divin à me promener dans ces allées, à découvrir les plantes, à lire leurs noms…

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage