[Livres] Au lit! (Time for bed) de David Baddiel

Les éditions 10/18 et plus particulièrement la collection « Domaine Etranger » sont une véritable mine d’or. Et pour moi, les romans qui sortent du lot, ce sont ceux venant de Grande-Bretagne ou d’Irlande : Jean-Claude Zylberstein, oui, toi, l’éditeur de cette fabuleuse collection…ce sont  vraiment des perles que tu nous offres … oui, c’est grâce à toi que j’ai découvert « Eureka Street », un des livres qui m’ont le plus touchée,  Nick Hornby et son « Haute Fidélité », Robert McLiam Wilson (l’auteur d’Eureka Street mais aussi du très beau Ripley Bogle), Dermot Bolger et sa « Ville des ténèbres », j’en passe et des aussi bons… Je l’affirme haut et fort, la collection 10/18 Domaine Etranger est un vivier de pépites d’or de la littérature…

Image

Le dernier en date, celui dont je vais vous parler aujourd’hui parce qu’il m’a bien plu, sans être au parangon de ma liste des meilleurs livres que j’ai jamais lus, s’appelle « Au lit ! » et a été commis par un certain David Baddiel. Il me semble superflu d’indiquer que je le possède chez 10/18 dans la collection Domaine Etranger dirigée par Jean-Claude Zylberstein, et pourtant n’est-ce pas ce que je viens de faire ? C’est donc un livre format poche, écrit en 1996, mais qui fut publié aux Editions Balland pour la première traduction française en 1999. Après de vagues recherches (on n’est pas là pour apprendre des choses sur la vie d’un mec qui s’appelle David Baddiel, quoique quelqu’un portant ce prénom a déjà un point de départ intéressant), donc apparemment ce David Baddiel fut un acteur britannique style stand-up (genre Jerry Springfield en moins connu) avant de se mettre à l’écriture et par là-même devenir un auteur britannique (tout en restant acteur et présentateur télé apparemment). Pis sinon il est né 10 ans et 2 jours avant moi, aux Etats-Unis, ce qui ne l’empêche pas d’être anglais. J’ai vu sa photo, ben il a un pull bleu et noir à rayures dans la vie, et puis une barbe. Et puis il est Juif, mais ça je m’en doutais déjà car sinon il n’aurait pas osé dire autant de gentilles horreurs sur les Juifs dans son livre !

Image

Le héros d’ »Au lit ! » (en anglais Time for bed ») est un jeune Juif nommé Gabriel Jacoby, on l’imagine plutôt beau gosse dans le genre débraillé et un peu crade, la trentaine, et avec une vie de merde. La vie de merde, on ne l’imagine pas, c’est une réalité. Gabriel accumule les problèmes avec un sens de l’humour et un recul tout british.

Image

 

En gros :

– Il est au chômage depuis des lustres et le type qui s’occupe de lui à l’ANPE londonienne ne lui propose que des boulots merdiques et sous-payés en le menaçant de lui supprimer les allocs s’il refuse d’aller vider des truites.

– Il a une chatte, Jezabel , qu’il idolâtre mais qui ne le lui rend pas du tout. Elle refuse de se laisser caresser, lui vomit son Sheba sur les pieds, lui rapporte des grenouilles vivantes et des rats crevés de 50 centimètres, lui mord les chevilles et lui boxe la figure.

– Il est insomniaque au dernier degré ; du genre toi si t’as pas dormi 8 heures, t’as pas dormi de la nuit, lui s’il dort 3 heures, il a fait une super bonne nuit.

– Son colocataire, Nick, ancien pornophile assidû et laveur de pare-brises devant l’éternel, pète un plomb et devient schizophrène.

– Last but not least, il est foux amoureux de la femme de son frère Ben, sa belle-sœur donc, une somptueuse métisse nommée Alice qui hante ses jours et ses nuits sans sommeil.

Une vie qui fait rêver, n’est-ce pas ?

Et puis un jour débarque des Etats-Unis la sœur d’Alice, Dina. Dina ressemble beaucoup à Alice physiquement (même si pour Gabriel des commissures de bouche inclinées à 6° de plus vers le bas, ou un écart de 2 mm en plus entre les deux yeux font une énorme différence), leur caractère est diamétralement opposé. On sent bien chez Gabriel une volonté d’oublier Alice dans les bras de Dina tout en étant presque dedans… Quel avenir pour ce couple qui cherche à se construire sur des bases si bancales ?

Premier point : l’humour. Mon mari a plusieurs fois regardé dans ma direction d’un air vaguement inquiet en me voyant rigoler comme une baleine. Il y a des phrases de David Baddiel qui sont pour moi purement hilarantes dans le style et les images mentales qu’elles créent devant mes yeux.

Ex : (Il a découvert qu’une mouche habite dans son micro-ondes). « Je vais mettre à réchauffer une part de quiche lorraine pendant 5 minutes, je vais ouvrir la porte et là va jaillir une énorme mouche mutante, une grosse part de mouche lorraine aux ailes arachnéennes avec des milliers de paires d’yeux qui va dégueuler sur ma petite chatte avant de l’avaler ».

Parlant de Jézabel : « Elle me mord les chevilles. Et parfois, avec un peu de chance, elle me boxe la figure. Je lui donne à manger, elle esquisse 3 pas de smurf et hop, elle revomit le tout. Pas du Whiskas, oh non, pas du Kit et Kat, du Sheba, c’est du putain de Sheba qu’elle me revomit ! ».

Ou : « Personnellement, je trouve que c’est un peu dangereux que Jezabel aille là-bas (au parc) à toute heure du jour et de la nuit. T’imagines un peu ce qui pourrait arriver à ces pauvres clodos ».

Moi, je m’éclate à lire des phrases pareilles. C’est vraiment mon style d’humour. Je ne sais pas si c’est parce que je suis Juive et que c’est de l’humour juif? D’abord c’est quoi l’humour juif exactement?

Il y a aussi beaucoup d’humour et de gentille moquerie caricaturale sur la communauté juive, humour juif sur les Juifs, où l’influence de Woody Allen se fait sentir, j’ai trouvé. Communautarisme, peur de la mort (style « je n’ai pas peur de la mort, j’aimerais simplement ne pas être là quand elle arrivera » du formidable Woody), mariages mixtes, retour à la religion de ses parents, mamies ashkénazes parlant moitié anglais, moitié yiddish… et quelques phrases assez violentes qui peuvent déranger, particulièrement quand Dina affirme que Fran (l’amie de Nick) est forcément juive, avec pour argument « T’es aveugle ou quoi ? Quels autres gênes peuvent être responsables d’un nez pareil ? Son visage est une vraie caricature de Juif. »

Autre chose que vous devez savoir : ce roman est très cru. Dans le sens sexuel, oui oui. Rien ne vous est épargné ou presque concernant les séances de paluchage pré-rendez vous romantique de Gabriel (à la manière de Ben Stiller dans Mary à tout prix, vous voyez, donc pas forcément du meilleur goût)… la liste de sa collection de pornos aux titres assez explicites… ses scènes de sexe avec Dina, notamment la scène de sodomie… Ames sensibles ou prudes s’abstenir.

Pour ma part, je n’ai pas été choquée et ce livre m’a plu ; je l’ai lu en quelques soirées , il compte quand même 380 pages. Mine de rien, nous les filles, on en apprend pas mal sur la psychologie intime de ces pauvres petites choses que sont les hommes… leurs amours, leurs attentes, leurs angoisses… et ce sera aussi le cas pour mon prochain avis, que je pense rédiger sur « Haute Fidélité » de Nick Hornby, paru, devinez où ? chez 10/18, collection Domaine Etranger, bien sûr !

Publicités

Les commentaires sont tous modérés pendant la période des concours :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s