[Bretagne] Aux sombres héros de l’amer

Douarnenez, Finistère, Bretagne, France. Port ...

Douarnenez, Finistère, Bretagne, France. Port Rhu viewed upstream (to the south). (Photo credit: Wikipedia)

Bien qu’habitant à seulement une petite dizaine de kilomètres de là, je n’avais jamais vraiment visité le port-musée de Douarnenez, jusqu’à il y a 4 ans, me contentant des parties accessibles à tous lorsque je me baladais sur le Port-Rhu. Nous avons profité des  journées du Patrimoine, en 2009,  pour pallier à ceci.

[Toutes les photos sont de moi, sauf les deux créditées Wikipedia]

Image

Le Port-Musée de Douarnenez est donc situé au Port-Rhu, au fond d’une très belle baie (la Baie de Douarnenez, bravo à ceux qui suivent :-).

Image

Un peu d’histoire…

L’idée de ce port-musée est née dans les années 70 avec la naissance de l’association Treizour qui décide alors de sauver les embarcations sur le point d’être démolies. Dans les années 80, l’association fait don de sa superbe collection à la ville de Douarnenez, qui va alors créer le Port-Musée à proprement parler. Au départ cantonnée dans des hangars, la collection ne fait que s’enrichir et le conservateur a l’idée de créer une partie « à flot ». Au cours de ces décennies (années 80 et 90), malgré un succès touristique correct, les finances du musée ne vont cesser de décroître, faisant craindre la fermeture pure et simple de l’endroit. La ville va d’ailleurs cesser de le gérer, préférant le transférer aux bons soins d’une association qui a vraiment l’air de remettre l’affaire à flot (c’est le cas de le dire!).

Image

Douarnenez, Finistère, Bretagne, France. Port ...

Douarnenez, Finistère, Bretagne, France. Port Rhu viewed downstream (to the north). (Photo credit: Wikipedia)

La visite

C’est donc cette année, à l’occasion des Journées du Patrimoine, que nous avons pu visiter l’endroit de fond en comble (ou plutôt de fond en cale…)

Nous avons commencé par l’exposition à flot, qui est bien entendu la plus attirante, dans la mesure où l’on peut monter à bord des bateaux, descendre jusqu’à fond de cale, voir les machineries, les cabines et tout ce qu’il y a à bord d’un bateau. Ainsi, on peut librement explorer une gabare sablière nommée le Dieu-Protège (qui ramenait du sable pour les constructions), un langoustier breton, une barge de la Tamise et un remorqueur à vapeur britannique. Les bateaux sont arrimés au bord de la promenade qui est joliment aménagée en lattes de bois, avec des cabanons tout le long, qui présentent des activités liés à la marine (ex: fabrication de noeuds marins), ou diverses expositions.

Image
A voir les cabines des matelots, on mesure un peu la vie à bord, pour ceux qui partaient parfois pendant des mois… moi, ça me fait froid dans le dos.
Il n’est pas difficile de monter à bord des bateaux et les personnes à mobilité réduite peuvent le faire, mais doivent cependant se contenter du pont, car pour descendre dans le corps des bateaux, les escaliers peuvent être assez abrupts…

Image

Pour chaque bateau, des panneaux explicatifs sont disséminés, et également des vidéos défilent à l’intérieur des bateaux. C’est vraiment sympa.

Une fois tous les bateaux visités (cela a du nous prendre environ une heure), nous nous dirigeons vers la partie couverte du musée, juste en face, sur la place du Diable, joliment aménagée elle aussi, avec petits cafés et pavés.

Image

Je dois dire que j’ai été encore plus bluffée par les expositions intérieures, que je n’imaginais pas si fournies. On y trouve des expositions permanentes et 3 expositions temporaires chaque année.

Une première partie traite des sociétés et des cultures maritimes, en Bretagne et dans le monde entier. On y trouve pas moins de 200 embarcations! Je ne m’y attendais pas du tout… cela va de barques africaines à embarcations asiatiques, radeaux, péniches, moliceiros portugais richement décorés… collection impressionnante à laquelle viennent s’ajouter près de 5 000 objets divers.

Image

Suit une partie consacrée à la ville de Douarnenez en tant que port sardinier anciennement glorieux, du temps où la ville vivait au rythme des nombreuses conserveries, dont par exemple Petit Navire, qui vit toujours.

Image

Viennent ensuite de nombreuses expositions, sur les vieux gréements, la plaisance, et une partie très émouvante sur les boat people (mais je pense que c’était une exposition temporaire).

Image

Nous avons passé environ 2 heures dans cette partie couverte du musée, et si nous sommes partis, c’est parce que ça fermait! Car c’était vraiment passionnant.

Image

Lors des journées du Patrimoine, l’entrée était gratuite, mais en tant normal le tarif adulte est de 6,20€, et pour les enfants 3,80€. La seule visite des bateaux à flot coûte 4€ et celle du musée intérieur 5€, mais je conseille vraiment de coupler les deux visites, qui donnent un éventail complet de la vie en mer et de la vie des bateaux. Merci et bravo à la ville et aux associations d’avoir réussi à garder cet endroit ouvert.

Image

C’est également à cet endroit que se déroulent, tous les 2 ans à Douarnenez (et tous les 4 ans pour Brest), les fameux rassemblements de vieux gréements, un spectacle absolument magnifique…

Image

Si vous passez par Douarnenez, faites un tour au Port-Musée, ça vaut le coup!

ImageImageImage

Publicités

2 réflexions sur “[Bretagne] Aux sombres héros de l’amer

Les commentaires sont tous modérés pendant la période des concours :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s