[Film culte] Les Accusés: Parce que non, c’est non.

A l’adolescence, une passion pour l’actrice Jodie Foster m’a saisie, et le film qui en fut responsable s’appelait « Les Accusés » ; ce film était passé à la télé mais je n’avais pas eu le droit de le regarder, mes parents surveillaient alors beaucoup ce que nous voyions dans le but de nous protéger, et pour ce film, le journal avait dit « accord parental souhaitable », eh bien mes parents souhaitaient ne pas être d’accord… :-)… en fait, je crois surtout que j’avais école le lendemain…et ça ne rigolait pas avec ça à la maison !

Cependant mes parents l’avaient enregistré et je ne perdais jamais une occasion de leur désobéir dès qu’ils avaient le dos tourné ; bon, j’avais tout de même 15 ans ! et je me jugeais assez grande pour voir ce que j’avais envie de voir. C’est ce raisonnement qui m’avait poussée à l’âge de 10 ans à regarder l’Exorciste en cachette, et à faire des cauchemars pendant 6 mois.

En ce qui concerne les Accusés, je n’ai pas regretté de l’avoir regardé. Certes, à 15 ans, j’étais encore, contrairement à nombre d’adolescents de cet âge, et encore plus aujourd’hui, un vrai bébé. Mais ce film, s’il m’a choquée, alertée, bousculée, ne m’a pas traumatisée. Il m’a certainement fait grandir.

accuses-1988-08-g

Sarah Tobias (Jodie Foster) est une jeune femme plutôt délurée et sexy, qui vit avec son copain Larry (Tom O’Brien) dans une sorte de mobil-home. Un soir, Sarah et Larry ont une violente dispute et la jeune femme décide d’aller se détendre dans un bar où travaille en tant que serveuse une de ses amies, Sally (Ann Hearn), une mère de famille effacée. Au bout de quelques temps, Sally, légèrement éméchée, un peu droguée, se rend dans la salle du fond où des hommes jouent au flipper ; elle flirte avec eux, accepte leurs compliments, danse avec certains de manière très suggestive…lorsque tout dérape : Sally est violée sur le flipper par 3 hommes, tandis que les autres, « simples » spectateurs, encouragent les agresseurs de leurs cris et leurs bravos.

accusés
La scène du viol est proprement très éprouvante pour le spectateur, peut-être encore plus pour une femme ( ?), car extrêmement réaliste dans ses images et sa durée. A certains moments, on est dans la peau de Sarah, dans ses yeux qui supplient, dans les hourras de la foule spectatrice qui lui parviennent de manière étouffée ; on vit son calvaire par procuration et c’est dur ; ça m’a rappelé, bien que les deux scènes soient extrêmement différentes, le viol de la mère dans « L’été meurtrier » ; peut-être certains penseront-ils à « Irréversible », que personnellement je me refuse à voir.

Sally sert des verres dans la première salle pendant que son amie se fait violer ; mais elle a peur et pense sans doute ne rien pouvoir faire pour l’aider. Sarah, une fois son calvaire physique terminé (car le calvaire moral guérit-il un jour?) se rue dans la nuit noire, les vêtements déchirés, le visage tuméfié, et est recueillie par un camionneur qui la conduit à l’hôpital. Là, elle est soignée, examinée, interrogée…et elle fait la connaissance de Kathryn Murphy (Kelly MacGillis), une avocate déterminée, qui décide de défendre les droits de Sarah et de faire condamner ses violeurs. Mais les mœurs de Sarah, son passé, ses nombreux petits amis successifs, ses déboires avec l’alcool et la drogue, son attitude le soir de l’agression, tout cela va se retourner contre elle… et de victime, elle va se retrouver accusée d’avoir organisé un « sex-show » volontaire, pour le regretter ensuite et se retourner contre ses « partenaires »…

accuses-04-g

Cependant, Kathryn et Sarah ne laissent pas tomber et se fixent même un objectif bien plus ambitieux : faire condamner non seulement les 3 violeurs, mais aussi ceux qui, tout autour, applaudissaient et encourageaient l’agression au lieu de l’empêcher. Mais comment faire entendre leurs voix quand tout parle pour leurs adversaires, morale, témoignages ? Les scènes où Sarah doit se confronter à ses violeurs et aux spectateurs dans le tribunal, mais aussi par inadvertance avec l’un d’eux dans la rue, sont très perturbantes.

J’ai revu ce film récemment, et certes les 18 années qui se sont écoulées le font paraître un peu vieillot, un peu « téléfilm » même. Mais Jodie Foster le porte avec une force incroyable ; tous les autres acteurs sont très bien, et la performance de Kelly MacGillis prend toute sa signification quand on sait qu’elle avait elle-même été violée quelques années auparavant ; mais Jodie Foster est prodigieuse, et son Oscar raflé pour ce rôle ne pouvait pas être plus mérité. Elle est pour beaucoup dans l’effet que le film a sur vous.

Sarah est bien loin d’être décrite comme une sainte, elle n’est pas parfaite, elle est réaliste, c’est une héroïne… au départ, elle peut même sembler antipathique, mais bien vite son caractère fort, déterminé, et sa joie de vivre malgré tout l’emportent et on ressent vraiment des choses fortes pour elle ; d’autant que la scène du viol est vraiment forte, et qu’on ne la voit en entier qu’assez tard dans le film, comme un flashback.

Sachez que les Accusés est tiré d’un fait réel, et cela nous ouvre vraiment les yeux, s’il le fallait, sur toute l’horreur du viol, et sur ce dont les hommes sont capables de faire à d’autres. Certes, je répète que la scène du viol est forte et difficile, mais elle mérite d’être vue, c’est véritablement une scène éducative qui vous fera réfléchir sur votre vision du viol et des responsabilités, et la manière dont la justice traite les victimes et les agresseurs.

17093250250

Le viol est une des manières les plus horribles de brutaliser un être humain, de l’annihiler, et la manière dont Sarah est traitée est horrible. Une femme a toujours le droit de dire non si elle n’a pas envie, à son mari comme à un inconnu, et ce même si elle est habillée de manière sexy, même si elle flirte ouvertement, même si dans la tête de l’autre en face, « elle en veut, sous-entendu, cette salope« … quand elle dit non, c’est non, et nos amis les hommes ne sont pas des animaux, il y a toujours une possibilité d’entendre ce non et de réprimer ses pulsions. Et que ceux qui pensent, ouvertement ou en secret, que certaines « le cherchent bien», se demandent ce que cela peut faire de se voir prendre son corps de force, de se sentir un bout de viande fraîche, de n’être qu’un objet de plaisir bestial et de pulsions assouvies, alors même que sa bouche dit encore et toujours ce mot simple et si facile à comprendre : non.

Publicités

3 réflexions sur “[Film culte] Les Accusés: Parce que non, c’est non.

  1. Je suis comme toi, je me refuse à voir Irréversible mais les Accusés est un film que j’ai adoré. Jodie Foster est prodigieuse et sa voix française a été hyper bien trouvée je trouve.

  2. Oui, je pense à Irréversible que j’ai vu il y a quelques années de cela et qu’aujourd’hui je refuserai(s) de regarder ! J’aime beaucoup Jodie Foster aussi et le film dont tu parles et dont je n’ai jamais entendu parler me tente bien et pas seulement pour l’actrice.

Les commentaires sont tous modérés pendant la période des concours :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s