Quimper, ma ville…

Français : Cathedrale Saint Corentin, Quimper ...

Français : Cathedrale Saint Corentin, Quimper (août 2011) (Photo credit: Wikipedia)

Je suis née à Quimper, je l’ai quittée, mais maintenant que j’y suis revenue, peut-être pas pour longtemps, j’éprouve toujours autant de plaisir à arpenter les ruelles pavées de la Vieille Ville… Suivez-moi…24.jpg

Je gare la voiture au parking de la Providence, grand parking gratuit et somme toute peu excentré.

Pour rejoindre le centre-ville, je commence par une promenade au bord du Steïr, affluent de l’Odet. Selon les jours et le climat, il est calme, agité, voire bouillonnant. De gros poissons nagent à leur aise entre l’eau et la vase. Des canards passent tranquillement sous les saules pleureurs.

Me voici rue Kéréon, ancienne rue des Cordonniers. C’est une rue pavée, très commerçante, et aussi extrêmement bourgeoise… la Galerie Kéréon a hélas fait long feu, je n’ai jamais vraiment compris pourquoi, des histoires de sous sans doute? Il est agréable de marcher tranquillement, de regarder les vitrines même si les prix affichés sont rarement à portée de ma bourse… Là aussi, hélas, de nombreuses boutiques ont été remplacées par des banques ou des vendeurs de téléphone…

Au bout de la rue Kéréon, c’est la magnifique cathédrale Saint-Corentin. Qu’elle est belle et majestueuse quand elle se détache dans le ciel bleu, et quel plaisir de la voir enfin restaurée, sans plus aucun échafaudage pour gâcher le spectacle. L’intérieur aussi est maintenant très beau, une restauration soignée lui a rendu sa splendeur d’antan.

Au croisement de la rue Kéréon et de la rue des Boucheries, notons la présence immuable des petits poneys prêts à faire faire le tour de la ville aux enfants…

Je tourne à gauche dans la rue des Boucheries, ça monte un peu, il y a là la pâtisserie Larnicol et ses gâteaux somptueux, je résiste. Encore à gauche et je débouche sur la Place au Beurre, petite place pavée charmante, pépinière des meilleures crêperies de Quimper. Partout, de splendides maisons à pans de bois plus belles les unes que les autres.

Redescendons par le café du Finistère, institution quimpéroise, qui étale sa terrasse sur la place Saint-Corentin. Actuellement, une patinoire y fait aussi la joie des petits et des grands. On trouve là le musée des Beaux-Arts, et derrière la cathédrale, dans les Jardins de l’Evêché, le musée départemental breton, très intéressant et gratuit le dimanche!

Me voici sur les quais, non sans avoir jeté un regard sur une des plus vieilles maisons de Quimper qui abrite la boutique des célèbres faïenceries Henriot, une maison aux anciens et somptueux pans de bois et qui fut à deux doigts de brûler corps et biens lors de l’incendie du magasin Eurodif adjacent, voici environ une quinzaine d’années.

Donc, me voici sur les quais de l’Odet, qui n’usurpe pas son surnom de « plus belle rivière de France ». Les ponts, récents ou anciens, sont décorés pour Noël. La rue du Parc accueille des boutiques de plus en plus huppées, des cafés chaleureux, des cinémas qui ne sont pas encore des multiplex… les remparts des jardins de l’évêché rappellent le passé fortifié de la capitale cornouaillaise.

C’était ma petite balade régulière en Vieille Ville de Quimper…

Advertisements

Une réflexion sur “Quimper, ma ville…

Les commentaires sont tous modérés pendant la période des concours :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s